Thomas Dreux: Survivre aux pirates

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
0

Entrevue avec Thomas Dreux, Directeur Général chez la maison de disque SideOne Dummy.

Avec le changement rapide dans l'industrie de la musique, quels sont les défis que vous avez dû surmonter?
Les défis à surmonter sont surtout d'ordre technique et technologique. Itunes est le chef en terme de distribution digitale, mais chaque semaine il y a de nouveaux services qui se mettent en place partout dans le monde : streaming, abonnements, téléchargements, etc. Il est difficile de savoir qui est quoi et qui fait quoi. La plupart des services disparaissent aussi vite qu'ils sont apparus et uniquement une minorité passe le cap des premiers 12 mois et peu deviennent rentables à long terme. Il est donc difficile pour une petite structure de juger où il est bon d'investir temps et énergie.

Le piratage d'albums est un phénomène impossible, pour instant, à arrêter. Quelles sont vos stratégies pour permettre à votre compagnie de disques de survivre?

Le piratage existe depuis longtemps et c'est quelque chose qui est difficile à quantifier ou même à identifier de manière précise. Bill Gates a dit qu'il y a 2 sortes de consommateurs : celui qui vole et celui qui achète! Notre stratégie principale est de travailler avec des groupes qui sont uniques, qui ont un son bien particulier et qui ne font pas forcement parti d'un « hype» ou de ce qui est considéré à la mode. Nous recherchons à établir des relations avec nos groupes à long terme... une vision globale et entière de la chose. Notre stratégie est d'offrir des artistes qui sont authentiques et avec qui les gens peuvent s'identifier. Nous croyons toujours au pouvoir de la musique et que la bonne musique peut traverser toute différence culturelle, religieuse et ethnique. Un bon artiste est comme un bon vin : il se bonifie avec le temps.

Marketing : Le réseautage social a-t-il aidé SideOneDummy dans leurs démarches de marketing pour la promotion d'un groupe, les ventes d'albums et de spectacle?
Oui, bien évidemment. Le progrès de ces 15 dernières années est que nous avons un accès beaucoup plus direct aux fans de musique. Il est plus facile de communiquer avec eux, de garder le contact et de leur donner des mises à jour régulières. Le consommateur change également et il devient de plus en plus volatile. Il est important pour l'artiste de rester visible sur tous les plans. Les réseaux sociaux ne sont qu'un outil parmi d'autres pour communiquer.

Où voyez-vous SOD dans 10 ans?

Dans 10 ans, j'aime penser que SideOneDummy sera un label entièrement digital ou presque. Dans 10 ans je pense que nous travaillerons toujours avec les mêmes artistes avec qui nous travaillons aujourd'hui et bien d'autres. Dans 10 ans, j'espère que nous serons toujours aussi passionnés de musique qu'aujourd'hui.
sideonedummy.com