La clé est dans le contenu et le contenu est dans le mobile. Agence Piranha

Avatar:
Author:
Publish date:
Social count:
0

Photo: Marie-Claude Hamel - Leitmotiv Studio

Entrevue avec Mathieu Villeneuve
VP développement des affaires

Historique
Existant depuis près de deux ans, l’agence Piranha se spécialise dans le marketing de terrain en utilisant des sigways et toute une panoplie d’autres gadgets révolutionnant le métier d’homme-sandwich. Tout récemment, l’agence a ouvert sa division de stratégies de mise en marché sur la mobilité.

Tout le monde le sait bien, au Québec (même au Canada), nos ressources et le développement technologique en matière d’utilisation et de consommation des mobiles sont pour le moins « retardés » si l’on compare au niveau de l’Europe et de l’Asie. Selon Mathieu, il devrait y avoir beaucoup de changements dès cet été avec la venue du téléphone 4G, l’obtention du iPhone pour des distributeurs, tels Telus et Bell (Rogers possédait l’exclusivité), ainsi que l’arrivée de Vidéotron sur le marché, venant faire une féroce compétition. « Ça devrait faire baisser considérablement les coûts et rendre la mobilité Internet plus accessible. »

Le code-barre de contenu

Une des techniques de promo/marketing mobile qui s’amorce à grands pas dans les planifications à venir est le code-barre 2D. « Il y a plusieurs formes de code-barre 2d, mais ce qui est intéressant, c’est que généralement, le code-barre fait référence à un site Internet qui est adapté parfaitement pour s’afficher sur tous les modèles de téléphone », explique le stratège. « L’utilisateur doit télécharger un programme qui utilise la fonction « appareil photo». Lorsqu’il voit un code-barre 2d, il ouvre le programme, prend en photo le code-barre et ça lui donne accès à une page Internet formatée pour les mobiles qui peut lui donner accès à du contenu exclusif. Une autre façon pour les entreprises d’utiliser ce code-barre est d’envoyer le code sur les téléphones des utilisateurs d’Internet mobile. Par exemple, au Japon, lorsque tu loues une chambre d’hôtel, tu reçois le code sur ton téléphone et lorsque tu te présentes à la porte de ta chambre, ce n’est plus la carte magnétique, c’est un petit lecteur optique où tu ne fais que passer ton téléphone devant et la porte se débarre. Avec Air Canada, lorsque tu achètes ton billet, tu reçois ton code 2d qui devient ton billet d’avion virtuel… et voilà! Le futur du mobile, c’est quoi? C’est le paiement, l’utilisation des mobiles pour faire des paiements et achats. »

Effectivement, le concept ouvre les portes à d’innombrables idées. Que ce soit en utilisant le code sur de l’affichage standard extérieur et même dans les magazines, le concept amène une interaction directe avec le public et peut même calculer l’impact de la campagne selon les visites sur le site exclusif. Mathieu renchérit : « Ce qui est bien avec ça, c’est que peu importe le support sur lequel il est imprimé, tant qu’on peut le prendre en photo correctement, on va être capable de le décoder. Au Japon, il y a des buildings qui ont un code-barre affiché sur leur mur. Si tu le prends en photo, tu peux savoir le domaine d’activités de l’entreprise et plus encore! »

Le future, toujours plus près

Mais avant que tout ça devienne vraiment palpable ici, les Québécois devront augmenter leur utilisation d’Internet mobile, ce qui n’est pas aussi loin qu’on pourrait le croire. « Quand on regarde dans les pays en développement, comme l’Afrique et l’Inde, c’est phénoménal. Chaque trimestre, en Inde, il y a 40 millions de nouveaux abonnés. Ça veut dire qu’il y a au-dessus de 500 000 abonnés par jour. Ça coûte moins cher de développer un réseau cellulaire et de mettre des antennes que de commencer à câbler le pays en mettant des lignes terrestres. Pour des raisons géographiques, mais aussi économiques, dans tous les pays en développement, ils préfèrent développer le cellulaire. »

agencepiranha.com